TRADITIONS LANDAISES : les courses landaises, plus qu'un spectacle, un art !

Publié le : vendredi 17/08/2018 - 16:27:00

La Course landaise est l'une des quatre tauromachies pratiquées dans le Sud-Ouest. Contrairement à la corrida, il n'y a pas de mise à mort de l'animal. Ici, c'est l'amour des vaches de course qui prime ! Lors de votre séjour au Camping**** Le Vieux Port dans les Landes (40), vous aurez maintes occasions de découvrir ce sport gascon riche en émotions, frissons et sensations. Pour vous mettre dans l'ambiance, voici une petite présentation des différents acteurs que l'on rencontre dans l'arène !

TRADITIONS LANDAISES : les courses landaises

Les "coursières", les stars de l'arène !

Les vaches landaises sont de vraies bêtes de course et de race. Elles proviennent traditionnellement d'élevages de taureaux de combat. Sélectionnée pour sa bravoure et sa noblesse, la vache entre dans l'arène vers l'âge de 3 ans et peut rester dans la course durant une dizaine d'années. Si une vache est particulièrement agressive, on lui met des tampons au bout des cornes pour protéger le torero et éviter tout accident dramatique. Les meilleures coursières peuvent concourir pour le trophée de la Corne qui est remis chaque année le 14 juillet dans les arènes de Nogaro.

L'écarteur, celui qui défie la vache !

On le reconnaît à son pantalon blanc et son boléro chatoyant rehaussé de paillettes d'or ou d'argent. Il s'agit de l'écarteur. Il se tient au milieu de l'arène et appelle la vache. Lorsque l'animal est lancé au galop, l'écarteur doit faire un "écart" au dernier moment pour esquiver la charge. Il tourne sur lui-même pour laisser passer la vache au creux de ses reins, le dos cambré. Tout un art !

Le sauteur, un vrai gymnaste !

Un bon sauteur est avant tout un bon gymnaste. Sa mission ? Éviter la vache en sautant au-dessus d'elle ! On distingue différents types de saut (saut à la course, saut de l'ange, saut périlleux, saut périlleux vrillé...). La figure acrobatique la plus spectaculaire est le saut "les pieds dans le béret". Il s'effectue comme son nom l'indique les pieds dans un béret et les jambes liées par une cravate. Immobile, le sauteur attend l'arrivée de la bête avant de réaliser un saut à pieds joints, sans élan et à 1,40 m minimum au-dessus des cornes de la coursière. Un exercice qui exige beaucoup d'audace, de sang-froid et de savoir-faire !

Les hommes en blanc : l'entraîneur, le cordier et le second

Les hommes en blanc sont tout aussi valeureux que l'écarteur et le sauteur. Le rôle de l'entraîneur est d'appâter la vache pour qu'elle s'élance vers le centre de la piste où se tient l'écarteur ou le sauteur.
Autre acteur incontournable, le cordier, aussi appelé le teneur de corde. Il a la responsabilité de placer la vache et de la diriger dans le meilleur axe possible à l'aide d'une corde attachée autour des cornes de la vache. Il doit aussi retenir la coursière si le torero venait à tomber au sol. Quant au second, il prend place derrière l'écarteur au milieu de l'arène. Dès que ce dernier a réalisé l'écart, le second agite son mouchoir pour attirer la vache vers lui afin qu'elle ne se retourne pas comme elle serait tenté de le faire instinctivement.

Le saviez-vous ?

La Course landaise est un sport régional reconnu par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, géré par une Fédération française depuis 1953.

Les courses landaises autour du camping

  • - À Dax à l'occasion des fêtes de Dax (août)
  • - À Vieux-Boucau lors de semaine de la course landaise (août)
  • - À Aire-sur-l'Adour pour le Championnat de France de course landaise (septembre)
  • - Mais aussi à Soustons, Capbreton, Téthieu et les autres villages landais, du mois de mai à septembre.
Cet article vous a plu ? Partagez-le !
  • Twitter
  • Facebook
  • Google +
  • Linkedin
  • Pinterest
  • Email

 

 
Bons plans
 

ENCORE PLUS D'INFOS

Camping & Locations vacances